Un allé retour sympa St André Lac d’Allos

Les émagrammes du 19/06/22 sont bien tentant mais le vent du S-SE avec des rafales à 40 km/h est bien trop fort pour mon gout.
Seul le SE de St André semble épargné, c’est le moment d’aller découvrir le Lac d’Allos !

Voici l’emagramme de la NOAA (donc GFS) pour 12H ZULU donc 14h local sur St André les Alpes. Cela reste quand même bien venteux, donc il faudra prendre de grosses marges par apport aux « sous le vent ». On note aussi que pour le retour face au Sud la couche vers 3000m est très peux venteuse 🙂

Une rapide organisation pour voter par procuration, un whatsapp et nous voilà Michel Belley et ma pomme ce Dimanche à 11h30 sur le déco Sud.
Deux élèves moniteurs décollent et … plouf. Bon, on casse la croûte et j’ouvre le bal vers 12h15.

Il n’y a pas à dire, le déco Sud de St andré les Alpes à de la gueule !

Avec ce S-SE, la porte d’entrée est évidement la montagne de Maurel. Malheureusement le cumulus de Serre Gros met toute la région à l’ombre et je vais gratter à cette porte pendant plus de 3/4h avant de trouver un thermique me montant à une altitude suffisante à mon gout, 2365m, pour continuer.
Michel avec sa Mantra 7 ne se pose pas de question et bascule rapidement de l’autre coté ou j’ai cru comprendre que la réception en basses couches fut un poil tendu. Je ne le reverrais plus de tout le vol.
Bon c’est vrai qu’avec mon Epsilon 9 on ne joue pas dans la même catégorie. Oui mais avec ma petite B, je photographie sereinement 🙂
La montagne de Cordeil bien allumée m’accorde un ticket direct pour la traversée de la vallée de Thorame puis celle du Verdon pour une réception sur la montagne de la femme couchée à 1765m.
Sur cette transition de 8km, vent dans le …, j’avais l’impression d’avoir moi aussi une Mantra !

Une bonne instabilité avec jusque ce qu’il faut d’inversion en altitude pour empécher un orage, elle est pas belle la vie

Un petit coup d’œil au passage à la montagne de Coste Longue et le Cheval blanc ou nous n’iront pas cette fois.

En bout de cette longue transition, bien que je sois arrivé bien au dessus du village d’Ondres mais un peut plus bas que la crête de la femme couchée, ça tape très dure. Pas question de prendre la moindre photos là.
A 2400 je suis suis soulagé de partir pour mon point d’appui central la montagne du Laupon travers Beauvezer.
L’endroit est surprenant, une face très boisé coté Verdon et une face terriblement minéral et déchiqueté coté Sud (très impressionnante et pas engageante du tout surtout avec du vent).

Le sommet du Laupon est le dome herbeux en bas tout à gauche. La partie minérale déchiquetée si impressionante n’est pas visible

Un bon gros thermique niche dans le secteur, déclenchant sur l’arrête SW-NE menant au sommet (il m’avait propulser à 4250m un jour en mars…)
Mais aujourd’hui, je vais grenouiller quasiment 1 h avant de trouver le bon cycle de « Lauponisation » me lâchant à 3400 au nuage.
Le rebond sur la crête suivante, montagne de Noncière travers Colmars, se fait sans problème.

Et la transition sur la montagne de Jassine bordant le cirque d’Allos est faite dans la foulée.

Le panorame est grandiose

Un petit vent de liberté et bohneur souffle dans nos coeurs quand on contemple des vues comme celle çi accroché sous notre petit chiffon volant

Un petit tour à la tête de Valplane surplombant le lac d’Allos

Ce lac d’Allos semble être un bon plan pour un arrêt en vol Bivouac

Michel et sa Mantra traverseront le Lac d’Allos pour tenter de rejoindre le Mont Pelat. S’en suivra suivant ces dires une visite des vallons du secteur qu’il ne semblent pas avoir apprécié.
Une petite photo les lacs de l’Encombrette, que c’est beau la haute montagne !

Les lacs de l’Encombrette, petit joyau dans les souvenirs de jeunesse de Michel

Allez, c’est parti pour le looooong retour face au vent après un plein max de chez max, débordant même sur le bord du nuages sur la montagne de Jassine.

Montagne de Jassine avec Allos dans le fond

La stratégie pour un retour face a un fort vent avec une B est terriblement simple (quand ça marche…) :
Monter au plafond et coller, « téter » aux nuages le + possible, prendre tout ce qui monte pour rester au plus près des doux nuages…
En appliquant avec une très, mais alors très forte motivation cette technique, j’eu droit à ma seconde visite du Laupon 30mn plus tard.
Cette « Lauponisation » 2 me propulsera à un quasi 3300 bien nécessaire pour repasser, 4 km plus loin, devant la crête de la femme couchée avec une misérable finesse de 4.4 🙁 (il y aura pire, mon glide final fera 3.7…)
Là j’entends Michel à la radio m’annoncer qu’il à poser à Thorame.
Je chiade mon TH, surveille de près mon aile, le coin étant toujours aussi remuant comme à l’allé, et tire péniblement un 2450m de ce que je crois être ma dernière crête coté Est du Verdon…
En avant toute pour retraverser le Verdon et se récupérer en dynamique sur les rochers au dessus de Thorame très visible sur la photo qui suit.

Vue arrière sur la montagne de Chamatte, à cette altitude là on se sent le roi du monde

A 1600 je quitte mes rochers pour rejoindre la face SE puis S de la Montagne de Chamatte (à gauche du village sur la photo), passe du dynamique au thermique et refait le plaf à 3400.
Cette montagne de Chamatte avec son plateau herbeux qui ne paye pas de mine mais implémente une puissante base arrière de réservoirs aux thermiques décrochés en face Sud.
Résultat, un thermique comme on les aiment, puissant doux régulier. « Le » moment de calme et grâce de cette belle mais très sauvage journée.
A ce moment je crois à une possible rentrée « normale » sur St André…
Donc, feu pour le Cordeil passé à 2600 puis marsouinage et utilisation des petits thermiques issuent des combes Ouest boisées le long du plat de la montagne Maurel.

Le Grand Cordeil (pris du petit 😉

La vue est superbe, tous les cumulus sont maintenant éteint, la montagne de Maurel semble toute calme et St André semble à porté de voile.

Vue sur la montagne de Maurel. Au loin le St André et le lac de Castillon. Sur le bord gauche de la photo, au milieu la montagne de Puy de Rent…

Oui mais avec 15km/h de vent dans le nez, a mi-parcours du plat de la montagne de Maurel, bien que mon parapente chéri soit encore à 1900, il n’avance qu’a 20km/h… Zut ça va pas le faire.

L’angle pour St andré devient de plus en plus fin…

Virage à 90 plein Est et je re-bascule sur le bout de la montagne de Cordeil.
Un coup de dynamique puis thermique et me voilà parti à 2200 pour retraverser le Verdon et rejoindre la montagne du Puy de Rent via une belle laisse de chien.
Si j’arrive suffisamment haut sur l’arrête SE de la montagne de Maurel, j’ai encore un petit espoir de remonter en dynamique…
Je tire un bon 2400m de mon Puy de Rent et arriverai finalement 100m trop bas pour raccrocher sans danger.

Les champs salvateurs si l’on est un peu short, mais il y a un sacré venturi à passer avant. Finesse 3.7 avec ma petite B en arrivant de 2400m 🙁

A propos, si vous êtes un jour dans le secteur n’espérer jammais vous appuyer sur la belle face ensoleillée le soir issue de Serre Gros, elle est bien tentante mais la brise de vallée vous le ferait chaudement regretter.

Ce beau vol sauvage autour de cette vallée du Verdon s’achève donc dans un champs à 3.5 km de St André à 18h30.
Sacré bataille pour boucler en 6h15 ces 68km, quel Escargot 🙂
Mais quel plaisir d’être un escargot « volant » en haute montagne !

Trace du vol: https://www.syride.com/fr/pilotes/oro/1718295

 

4 Commentaires sur “A.R. St André Lac d’allos par bon S-SE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.